Comment débuter un régime sans protéines bovines

©Renée Ledoux-2015-MaJa-WEB-05132Pourquoi pas un petit guide simplifié? Sachant qu’un bon pourcentage de bébés souffrants de reflux sont intolérants aux protéines bovines et que peu de médecin accompagne la maman qui allaite dans son régime sans protéines bovines (le bœuf et le veau ) et protéines de lait de vache (produits laitiers). Dans le but d’alléger le texte j’utiliserai les abréviations pb  et plv. Voici donc avec mon expérience de maman avec plus d’un an d’allaitement et de régime strict sans pb/plv des étapes simples pour y arriver. Sachez que le lait maternel d’une maman en régime strict sans pb/plv est certainement le lait le plus facile à digérer pour nos cocos intolérants, c’est pourquoi j’y accorderai une telle importance.

Étape 1:

Ouvrir votre garde-manger et votre réfrigérateur

C’est en vérifiant leur contenu que vous saurez ce que vous pourrez conserver et consommer et ceux qu’il faudra mettre de côté. Lisez les étiquettes d’ingrédients et dans le doute on le met de côté!

Outre les produits laitiers courants qui peuvent se retrouver dans les ingrédients faites attention aux mots qui contiennent:

lacto-, lact- ou lacta-

ainsi que les ingrédients suivants:

albumine, caramel, caséine, caséinate, ghee, globuline, gélatine, acide siterique

Étape 2: Dresser une liste des repas

Il s’agit des repas que vous avez l’habitude de faire et vérifier s’il est possible de créer une variante, en variant les autres sources de protéines. Vous pourriez modifier votre liste en ajoutant des nouvelles recettes et avec l’achat des nouveaux aliments de remplacement voir s’il est toujours possible de les cuisiner (90% du temps c’est un oui!)

Étape 3: Trouver une épicerie qui contient un bon inventaire de produits bio. Ah oui et un bon boucher.

Pourquoi? Parce qu’un bon boucher vous fournira du poulet du porc de qualité et vous vous ennuierai beaucoup moins du bœuf. La rangée bio, car c’est dans cette fameuse rangée que vous trouverez la majorité des produits intéressants! Voici une liste (sans pb/plv) qui pourra vous servir de base et qui ont fait leur preuve chez moi:

Margarine Crystal ou Earthbalance

Bouillon de poulet cyrches

Yogourt Yoso Noix de coco ou Soygo (soya)

Lait d’amande (pour les plats sucrés)

Lait de soya ou de riz (pour les plats salés)

Crème de riz ou de soya (pour remplacer la crème)

Crème glacée So delicious

Pain Ste-Méthode (tous exempts de plv/pb!)

Fromage Dayia (je l’utilise uniquement en combinaisons cheddar/mozzarella; sur une pizza ou en grilled cheese )

Biscuits et barre tendre Enjoy life pour les envies de sucrés ! Une des rares à offrir du chocolat en pépite pour les desserts certifiés sans plv/pb!

Étape 4: Apprendre à cuisiner!

Utiliser les autres protéines: on mange plus de poissons et de fruits de mer, l’on se mets à découvrir des nouvelles coupes de porc et à manger du poulet une belle viande blanche et maigre. Le tofu peut aussi devenir votre ami, essayer le tofu général tao de Ricardo et venez m’en reparler!

Rechercher les recettes vegan sur le net elles sont toutes sans plv/pb. Et oui vous devrez faire un peu plus vous mêmes. Et vous éloigné des pâtisseries et des restaurants… Je sais je sais… mais n’oublier pas qu’on peut se gâter dans le bacon quand une fringale passe dans mon estomac!

 

La bonne nouvelle? Vous allez retrouver votre poids santé! Toutes les mamans perdent du poids avec ce régime strict et plusieurs trouvent même que leur santé s’est amélioré.

N.B. On peut compter jusqu’à 3 semaines avant de voir des résultats, soyez patientes! Ici je vois des résultats après quelques jours seulement. Après 3 semaines 90 à 95% des symptômes de reflux avaient disparu un bébé calme et qui ne pleure pas ça vaut 1000 fois la peine de tenter ce régime 🙂

 

 

Publicités

Tel père, tel fils

Un appel (c’est toujours comme ça que ça commence!) a eu un autre impact dans notre vie. Mais cette fois ci, l’appel nous a apporté une vague de positif!

Suite à des prises de sang réalisées sur moi, l’homme et petit homme nous avons eu une autre réponse qui vient soulager les doutes qui persistaient. L’homme (lire ici le papa de Jayden) a la même anomalie génétique que Jayden. Pas similaire là, mais vraiment pareil pareil, pour la conseillère en génétique c’est même étrange. Étrange que l’homme mesure 5 pi 8 et soit dans la moyenne, malgré son anomalie génétique. Mais cette étrangeté nous sert, car elle augmente énormément les chances que Jayden soit de taille normale, donc en haut du 5 pi (un petit rappel qu’on nous parlais de 5 pi dans le meilleur des mondes).

L’homme c’est développé sur le tard, il a eu une barbe très tard, mais il a fini par devenir grand, oui oui, adulte, en tout cas en apparence (hihi grand enfant oui!).

Papa il est comme son fils, en espérant que le fils soit pareil comme son papa.

Il faut donc se rappeler que Jayden et son papa sont les deux seuls cas avec cette anomalie génétique dans toute la littérature médicale, c’est pas rien han? Je vis avec deux oiseaux rares et je commence à penser qu’il s’agit peut être d’un coup du sort qui relève plus de la chance, que de la malchance. Quand on est unique on est précieux non?

Jayden sera quand même suivi en endocrinologie pour faire d’autres tests un peu plus pointus. En attendant, l’on se raccroche à cette possibilité, de faire comme son papa, et l’on profite de chaque jour avec petit elfe.

Petit homme est pour l’instant tout à fait adorable, puisqu’il fait physiquement penser à un bébé de 6 mois, mais qui agit comme un petit coquin de 1 an.

SONY DSC

L’allaitement ou hymne à ce liquide précieux

N’est-ce pas foncièrement la façon la plus naturelle qui soit d’alimenter son bébé?

Que l’on décide de le faire pour quelques mois ou de ne pas se fixer limite chaque mère qui veut allaiter son bébé a ma bénédiction. Sachez que nous célébrons 1 an. Jayden son 1 an bien à lui. Moi mon 1 an de mère. Nous, notre 1 an d’allaitement. 1 an de bonheur à l’état pur. Les obstacles ont été nombreux, mais le bonheur encore plus fort et plus pur.

Lorsque j’ai vécu ces moments difficiles l’on m’a suggéré d’arrêter l’allaitement: « C’est bon, tu en as assez fait, tu as déjà donné beaucoup». Alors que la réalité était que l’allaitement était la partie facile. Allais-je me priver de ces moments précieux, incomparable et qui m’ont lié à mon fils d’une façon quasi-magique? Non, certainement pas et je n’ai aucun regret.

Sachez que je respecte le choix des mères qui n’allaitent pas: je m’attend à ce que celles-ci me respectent, l’inverse est donc légitime. Certaines n’ont pas pu et certaines non pas voulu et je suis zen avec ça. Moi j’ai choisi d’allaité, moi j’ai choisi d’allaité longtemps. Et ça ne concerne que moi, mon bébé et par intérim l’homme qui partage ma vie et qui est le père merveilleux de cet enfant. À quoi bon me préoccuper des autres. Cela m’apporte du bonheur d’allaiter, n’est-ce pas rare de nos jours de pouvoir faire une telle affirmation?

J’ai eu un début d’allaitement difficile, une mauvaise prise au sein me causait de la douleur et c’est avec le soutien de mon homme que j’ai persévéré. Une fois passé ce ne fut que du bonheur, si simple d’allaiter son petit qui ne demande qu’à boire ce liquide précieux! Rien à trainer. Toujours à la bonne température. Tout indiqué pour petit lutin qui a toujours faim.

Le 27 février, je dirai merci. Merci à mon homme de m’avoir soutenu, merci à la vie pour ce petit elfe qu’est mon fils, minuscule petit homme aux yeux pétillants, mais aussi merci à moi-même. Moi qui a choisi de l’allaité, de le faire sans s’arrêter aux commentaires des autres, merci à moi-même d’être qui je suis et d’agir selon mes valeurs.

 

Le petit pot de colle

10711094_10152829225894388_3803653989447425664_n

Jamais je n’ai eu peur de le rendre «dépendant» de moi, de ses parents. Il l’était déjà. . Dès les premiers instants, il ne trouvait le repos que dans nos bras. Impossible de le déposer. Jamais je me suis demandée pourquoi. L’explication me semblait évidente et naturelle. Jayden a vécu collé à moi 9 mois de sa vie. Comment lui demander de vivre séparé de moi si tôt après sa naissance?

À l’hôpital, impossible de le déposer sans qu’il pleure. Petit lutin était déjà très lié à la chaleur humaine et la présence de ses parents. Il a donc passé (je le dis sans honte, mais plutôt avec fierté) la première nuit dans les bras de son papa, pour me laisser dormir. À la maison, j’ai réalisé très vite qu’il était très difficile de tenir son nouveau-né et se brosser les dents. Ou même de mettre de la confiture sur du pain grillé. Une solution s’imposait. Malgré tout l’amour que je lui portais je devais manger et exécuter quelques taches aussi simples soient-elles. La solution a miraculé ma vie: Le portage ou comment porter bébé sans se fatiguer et en étant fonctionnelle.

Il avait un mois lorsque je décidai d’acheter mon premier porte bébé, un chandail de portage. Il permettait ce peau à peau, si réconfortant pour petit homme. Il était si calme dans mon chandail, blottit contre ma peau, bercé par mes pas et ma respiration. Au fil du temps, nous sommes devenus de véritables experts et j’étais même capable de l’allaiter dans le porte bébé. Ma vie avait à nouveau changé. J’étais redevenue fonctionnelle, libre de manger, faire un tantinet de ménage et me brosser les dents. En plus de me permettre de m’activer j’ai découvert le bonheur de porter, encore, malgré la fin de la grossesse, mon bébé qui ne demandait que cela, se coller à moi.

Le bonheur m’envahit chaque fois que je porte mon bébé, désormais il aime être porté au dos ce qui lui permet de voir autour et de superviser mes actions. Chaque fois, je ne peux m’empêcher d’aller croiser son regard dans le miroir et nous nous sourions mutuellement. Je sens ses petites jambes s’agiter de bonheur et d’excitation, tout heureux d’être collé contre maman. N’est-ce pas ça les joies d’être parent? Cet amour exprimé par ce besoin de proximité, de réconfort qui est comblé par ces moments collés à nos enfants? Cette chaleur qui nous brûle presque le cœur.

C’est avec bonheur que je porte mon bébé presque chaque jour depuis cette découverte. Chaque jour que je le vois exprimer sa satisfaction d’être collé à moi. Chaque jour que mon cœur brûle d’amour.

10678834_10152829225789388_156662330335826324_nSur les photos je porte une écharpe à anneau de marque Blossom qui est très pratique pour les sorties, car rapide d’installation. En plus il est super joli!

Des réponses qui nous attendaient

Comprendre que les réponses nous attendaient depuis juillet et que c’est grâce au merveilleux système que nous avons attendu des mois dans le néant le plus total, perdu dans nos hypothèses et scénarios teintés de grisailles et même de noirceurs… c’est nettement frustrant. Il faut savoir que les anomalies du chromosome 15 peuvent prendre différentes formes. Par exemple, le syndrome d’Angelman, ces enfants au teint pale qui ont une déficience intellectuelle moyenne à sévère et qui ne marcheront pas avant plusieurs années. Ou par exemple, une malformation cardiaque grave. Difficile en tant que parents de ne pas s’imaginer le pire des scénarios et de quel genre d’avenir notre enfant vivra-t-il.

Ce n’est pas sans surprise que nous avons appris qu’ils détenaient déjà la réponse à plusieurs de nos questions. Quelqu’un avait donc, déjà, une part du morceau pour calmer la plaie béante de désarroi qui s’était créée le jour de l’annonce de l’anomalie génétique. Sans rancunes avec la vie nous avons décidé d’accueillir ces réponses avec ouverture.

S’en suivi un petit cours de biologie 101 qui me rafraîchit la mémoire de l’option biologie avancé du secondaire. Peut-être vais-je commettre certaines fautes, mais voici un résumé: 46 chromosomes, 23 paires, l’ADN dans chaque chromosome. Chaque chromosome contient des gènes, chaque gène des sections, appelons les : des chapitres.

Pour Jayden, on cible la paire du chromosome 15. Une des deux a un petit bout qui manque. Il s’agit de la partie qui s’occupe de la croissance, les chapitres 7 à 21 sont manquants. Pour comprendre dans quel mystère nous embarquons, il n’existe aucun cas recensé -mondialement- dans la littérature médicale.

Jayden est donc unique avec son anomalie génétique. Ci-haut, je vous avais parlé de réponse, n’est-ce pas? Malgré l’absence de cas pour se référer, l’on peut conclure que le problème est situé au niveau de la croissance. La première pensée intérieure qui m’est venue fut la suivante: « Bah! Vous ne m’apprenez rien! ». Simplement parce que Jayden est petit. Mais vraiment tout petit. Il a toujours été, dès le début de la grossesse jusqu’à maintenant, un tout petit lutin. Jayden a l’air d’avoir 5 ou 6 mois et pourtant il est à l’aube de son 1 an. Il porte des vêtements étiquetés 3 mois et porte de minuscules souliers. Jamais sa petite taille ne m’a inquiété. Pourtant la spécialiste nous le dira à quelques reprises, Jayden pourrait ne pas mesurer 5pi à l’âge adulte.

Cela ne me fait rien à priori, s’il est en santé à quoi bon être tourmenté pour sa taille? Malheureusement pour lui, Jayden est un garçon et non pas une fille. C’est au niveau de la société qu’il y a des risques et que cela soit plus difficile. Jayden sera sûrement plus petit que tout le monde, il devra se faire une carapace et développer des forces dans d’autres domaines. À ce niveau il pourra compter sur ses parents pour le valoriser, l’estimer et le soutenir.

La spécialiste a quand même fait des recherches et trouvé 3 familles avec des anomalies génétiques qui se rapprochent de celle de Jayden. En général, ils sont tous petits, sans parler de nanisme on parle plutôt d’homme un peu moins grand que 5 pi, parfois un peu plus. 2 des individus ont des retards de développement, la croissance ne l’oublions pas c’est aussi le cerveau. Même si Jayden démontre un développement tout à fait normal il nous est recommandé de surveiller plus tard des retards d’apprentissage spécifiques comme le langage. Imaginez comment chaque petit apprentissage, chaque nouveau mouvement, geste ou réaction est une immense source de bonheur pour nous. Les yeux pleins d’eaux je vous écris. Les yeux pleins d’eaux je pense à la première fois où Jayden a pris un bleuet entre ses doigts, où il a placé une balle dans un pot et où il a tendu le bras vers la lumière pour qu’on l’allume.

Des bons parents je ne sais pas. Des parents attentionnés au regard soudé sur leur fils, je répond oui.

 

JaydenA